Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes

Publié le par La vache rose

Dernière citation publiée

Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes

Précédentes citations publiées

Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo - 70 Citations et 4 poèmes
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo
Victor Hugo

Victor Hugo

Vous qui souffrez parce que vous aimez, aimez plus encore : mourir d'amour, c'est en vivre.

Oh ! l'amour serait un bien suprême, si l'on pouvait mourir de trop aimer !

Le style est comme le cristal, sa pureté fait son éclat.

La chute des grands hommes rend les médiocres et les petits importants.

Quand le soleil décline à l'horizon, le moindre caillou fait une grande ombre et se croit quelque chose.

Vois-tu, si tous deux nous pouvions,
L'âme pleine de foi, le coeur plein de rayons,
Ivres de douce extase et de mélancolie,
Rompre les mille noeuds dont la ville nous lie ;
Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
Nous fuirions ; nous irions quelque part, n'importe où,
Chercher loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses ;
Une maison petite avec des fleurs, un peu
De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
La chanson d'un oiseau qui sur le toit se pose,
De l'ombre ; — et quel besoin avons-nous d'autre chose ?

Certes, elle n'était pas femme

Certes, elle n'était pas femme et charmante en vain,
Mais le terrestre en elle avait un air divin.
Des flammes frissonnaient sur mes lèvres hardies ;
Elle acceptait l'amour et tous ses incendies,
Rêvait au tutoiement, se risquait pas à pas,
Ne se refusait point et ne se livrait pas ;
Sa tendre obéissance était haute et sereine ;
Elle savait se faire esclave et rester reine,
Suprême grâce ! et quoi de plus inattendu
Que d'avoir tout donné sans avoir rien perdu !
Elle était nue avec un abandon sublime
Et, couchée en un lit, semblait sur une cime.
À mesure qu'en elle entrait l'amour vainqueur,
On eût dit que le ciel lui jaillissait du coeur ;
Elle vous caressait avec de la lumière ;
La nudité des pieds fait la marche plus fière
Chez ces êtres pétris d'idéale beauté ;
Il lui venait dans l'ombre au front une clarté
Pareille à la nocturne auréole des pôles ;
À travers les baisers, de ses blanches épaules
On croyait voir sortir deux ailes lentement ;
Son regard était bleu, d'un bleu de firmament ;
Et c'était la grandeur de cette femme étrange
Qu'en cessant d'être vierge elle devenait ange.

Aimons toujours

Aimons toujours ! Aimons encore !
Quand l'amour s'en va, l'espoir fuit.
L'amour, c'est le cri de l'aurore,
L'amour c'est l'hymne de la nuit.

Ce que le flot dit aux rivages,
Ce que le vent dit aux vieux monts,
Ce que l'astre dit aux nuages,
C'est le mot ineffable : Aimons !

L'amour fait songer, vivre et croire.
Il a pour réchauffer le cœur,
Un rayon de plus que la gloire,
Et ce rayon c'est le bonheur !

Aime, afin de charmer tes heures !
Afin qu'on voie en tes beaux yeux
Des voluptés intérieures
Le sourire mystérieux !

Aimons-nous toujours davantage !
Unissons-nous mieux chaque jour.
Les arbres croissent en feuillage ;
Que notre âme croisse en amour !

J'ai mis ma lèvre à ta coupe

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;
Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ;
Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine
De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ;

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire
Les mots où se répand le cœur mystérieux ;
Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire
Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravie
Un rayon de ton astre, hélas ! voilé toujours ;
Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma vie
Une feuille de rose arrachée à tes jours ;

Je puis maintenant dire aux rapides années :
- Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir !
Allez-vous-en avec vos fleurs toutes fanées ;
J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir !

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre
Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.
Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre !
Mon cœur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli.

Commenter cet article

Nell 05/09/2015 13:31

Merveilles ces citations comme l'est le poète dont je suis une fan depuis des lustres. Beaucoup méditerait devant ces citations. Merci pour le partage.

La vache rose 05/09/2015 15:12

Avec plaisir,
;-)

Bernieshoot 29/08/2015 08:56

37 bonheurs à méditer

La vache rose 29/08/2015 13:53

Que votre message en éclaire plus d'un :-)
Merci pour ce gentil commentaire.